PHOTOGRAPHES ITINERANTS……… Les articles

Tél : 07 77 70 84 46 – Ateliers photo – Cours de photo – Expositions – Editions – La Grande Motte

Les photographes sélectionnés IAP 21

Brice Bourdet, Romuald &PJ, Bénédicte Bailly, Catherine Changarnier, Amélie Viale, Eric Ribot, Philippe Blache, Nathalie Hubert, Véronique Peyle.

Catégorie « Scènes de la vie quotidienne »


Brice Bourdet
« Cécilia – Ici et ailleurs » – 2020

Originaire d’Avignon, Brice Bourdet s’orientera tout d’abord vers des études de commerce, pour s’inscrire par la suite en 2001 à l’université de Montpellier III où il étudiera l’art contemporain et le cinéma. C’est à ce moment-là qu’il commence à s’intéresser à la photographie ainsi qu’à la vidéo et a ses premières commandes photographiques, notamment pour le magazine d’art contemporain Offshore. En 2005 il se spécialise dans la photographie et le multimédia à l’université de Paris VIII où il y fera la rencontre des théoriciens Jean-Claude Moineau et Michelle Debat, mais aussi d’artistes contemporains comme Mireille Loup, Alain Bernardini (lors de Workshops) qui lui permettront de développer en profondeur sa réflexion artistique ainsi que son approche esthétique de l’image.

La série « Vous être ici (mais ici c’est ailleurs) » nous parle d’un « entre-deux », entre-là et où l’on est aujourd’hui et là d’où l’on vient. Là où nous créons de nouvelles rencontres et là où nous avons nos anciennes rencontres, nos souvenirs. C’est l’idée de l’individu comme frontière en mouvement, l’idée de la connexion entre l’ici et l’ailleurs. L’idée d’une frontière qui relie, au lieu de séparer. Mais ailleurs peut s’avérer être le ici pour nous, comme le ici peut se retrouver être l’ailleurs pour d’autres.

« Vous êtes ici « , voilà ce que l’on peut lire sur les plans urbains pour se repérer dans les villes. Ces présentations de la ville sont censées aider les pauvres nouveaux arrivants perdus que nous sommes, mais parfois, on pourrait penser qu’elles nous narguent plus que nous aident. « Vous êtes perdus ici » pourrait-on interpréter. Dans un monde de plus en plus désenchanté et matériel, le voyage, le lointain, l’ailleurs, sont dans un sens, ce qui permet aux gens de s’échapper de l’emprise de leur quotidien.


Romuald &PJ
« J’ai une vie sociale très dense » – Bilbao – 2015

Monsieur Bidule est une performance d’art contemporain. Depuis le mois d’aout 2014 Romuald&PJ diffusent une image par jour (Sans faute !) du personnage sur les réseaux sociaux. Les artistes s’emploient à évoquer à travers Monsieur Bidule, des thèmes qui leurs sont chers à travers le prisme du réseau social. L’architecture, le design, l’histoire de l’art mais aussi le fait divers, la politique et bien d’autres choses peuvent être abordés. Monsieur Bidule est un super touriste, il a visité pas moins de 12 pays ou principautés sur 2 continents, il n’est pas pour autant à envier tant il est seul où qu’il aille. Ses rares contacts sociaux sont la plupart du temps circonstanciés. Il se fout d’être à Los Angeles, l’important c’est que les autres voient qu’il y est.
Monsieur Bidule c’est de la photographie tous les jours sur internet, c’est aussi des performances et happenings, du dessin, de la gravure, de la vidéo et même de la chanson. Monsieur Bidule s’est même essayé sans grand succès à la télévision dans « La France a un incroyable talent » avec son tube I don’t want to kill Beyoncé.
www.facebook.com/laviedemonsieurbidule
www.instagram.com/bidule_officiel
https://twitter.com/Bidule_officiel
www.youtube.com/channel/UCACIIoHWZa9rS11K2d_mqtA

A propos de Romuald&PJ : Un millier de questions, un millier de réponses, artistiques, politiques, sociales, philosophiques, sociologiques, historiques. Le travail de Romuald&Pj est profusion. Le couple d’artistes est en brainstorming perpétuel. Romuald dessine, Pj danse, Romuald photographie, PJ performe, Romuald filme, Pj écrit. Chacun ses compétences mais rien de déterminé dans l’expression : la démarche artistique est une aventure. Romuald&Pj sont également les inventeurs du très protéiforme, Monsieur Bidule.

Romuald&Pj sont les instigateurs du projet Artophilia, association qui diffuse d’autres artistes à travers des expositions collectives.

Bénédicte Bailly
« La sieste » – 2018

Après un Bac artistique suivi d’étude supérieures en audiovisuel, Bénédicte Bailly débute son activité de photographe professionnelle à l’hôpital Civil de Strasbourg. En 2001, elle suit une formation en photographie à « l’atelier Magenta » de Dominique Sudre, à Villeurbanne. Elle travaille pendant 3 ans dans cet atelier. Puis, son chemin l’amène à expérimenter diverses facettes du métier de photographe (presse, documentaire, enseignement….). Elle partage aujourd’hui son temps entre l’animation d’ateliers artistiques en milieu psychiatrique et son travail photographique, de commandes et de projets personnels.

« La sieste » est tirée d’une série réalisée dans la maison de mon enfant, que je photographie depuis plusieurs années. Cette maison est petit à petit devenue le théâtre d’une fiction personnelle, où se rejoue mon histoire familiale. »

Elle cite Roger Ballen : « C’est souvent chez soi, là où les personnes
trouvent refuge face au monde extérieur, qu’elles entreprennent les
voyagent les plus périlleux. « 

Catherine Changarnier
« Corvée de vaiselle » – 2015

La photo que nous présente Catherine Changarnier fait partie d’une série de 23 photos exposées en 2015 sur le thème « Ca c’est vraiment toi ». Ces femmes ont montré un côté de leur personnalité. Ici, c’est Élisabeth, femme très girly mais avec une âme de guerrière, qui semble coincé dans ce quotidien qu’elle s’est fabriquée autour d’elle.

Youtube (https://www.youtube.com/watch?v=5WC6xGP-8nw)

Amélie Viale

Architecte d’intérieur, Amélie Viale se spécialise durant ses études dans la conception d’images en 3D. Aujourd’hui, elle allie ses compétences architecturales à l’image : la matière qu’elle préfère travailler. Artiste plasticienne depuis 2011, elle utilise la photographie, la performance et l’installation comme outils d’expression pour ses sujets d’expérimentation. « En partant de mon expérience personnelle, j’allie des histoires touchant le plus grand nombre ». Son travail est motivé par la recherche et l’expérimentation de nouvelles passerelles entre l’idée, sa représentation et sa concrétisation, associés à une réflexion sur les notions de traces et d’éphémères.

Prochaines expositions :

  • Autres Rives – Juillet 2021 – Orangerie du Parc de la tête d’Or – Lyon
  • Festival chambre 07 – septembre 2021
  • Foire de Milan – MIA – Octobre 2021

Catégorie « Natures Mortes »

Eric Ribot
« Eau sur Mars » – 2016

Autodidacte, Eric Ribot découvre, très jeune, la photographie et le tirage argentique, sous l’agrandisseur. C’est la révélation ! La passion naît et ne le quittera plus. Natif de Nîmes et il vit actuellement à Collias. Il a de nombreuses expositions collectives et individuelles, de prix et de parutions à son actif et a réalisé un Livre d’auteur en tirage limité : « Les illusions d’âmes ».

Philippe Blache

Philippe Blache est né à Toulouse, en 1948. Après les Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles de 1975 où il fréquente Ansel Adams, JP Sudre, Lucien Clergue, Ralph Gibson, en 1978, une collaboration commence avec la Galerie Michèle Chomette à Paris. Ils exposent en France, aux USA, en Belgique et en Angleterre. Après une longue absence, pour des raisons de santé, 2003 marque le retour à la photographie, par la réalisation du livre « Choses Calmées, poèmes du Libanais Salah Sétiè, tiré à 12 exemplaires, format A3. En 2008, Philippe Blache collabore avec la Galerie Esther Woerdehoff et par elle, il fréquente la Galerie Felix Ackermann Heuberg à Bâle ainsi que la Galerie Podbielski Contemporary à Milan. A Meudon, dans un parc magnifique, il travaille dans un tout petit studio, beaucoup trop petit pour y faire des prises de vues d’atelier. Il y prépare ses expos, son matériel et développe ses films. Il fait essentiellement des nus et des natures mortes. « J’aime cet instant où je découvre mes négatifs et visualise l’image qui pourrait devenir une belle photo. Je fixe sur la pellicule le passé, pour en faire un présent immortel, chaque fois que le regard se pose, je regarde le passé et ainsi que le futur, je nourri mon âme et calme mes frustrations. Je photographie un rêve évanescent pour survivre à l’usure des jours. Je me plais à photographier les nus, comme s’il s’agissait de natures mortes. »
Exposition prévision : Photo London et Paris Photo 2021
Site : http://www.philippeblache.com
instagram @philippe_blache
Editions :
« Silent Gardens », 2019, ouvrage tiré à 100 exemplaires numérotés, signés.
« Histoires Nues », 2018, ouvrage tiré en 80 exemplaires numérotés, signés.

Nathalie Hubert
« Fumée et Grenade » – 2012

Lauréate de la 43éme Bourse du Talent2010 dans la catégorie Mode/Beauté/Studio et 1er prix Festival Emoi Photographique – Angoulême 2015
Expositions

  • International Arts Exhibition HIDE AND SEEK / Galerija Hladilnica Pekarna Slovénie 
  • Festival Emoi Photographique (Angoulême) – 2015
  • Caravana Negra / Galerie de l’Alliance Française de Buenos Aires / Argentine
    2014 (Maison Stéphane Plassier)
  • Itinéraires des Photographes Voyageurs (23éme édition) Bordeaux – 2013
  • Rencontres Photographiques PHOT’AIX / Regards Croisés « Cuba-France »
    Musée des Tapisseries, Aix en Provence (4 octobre-10 novembre 2012)
  • Festival Regards (21éme édition) Rencontres de Photographie de Villeneuve de la Rivière  2012 (Perpignan)
  • Festival Manifest’O (Toulouse) – 2011
  • Exposition à la BnF / Bourse du Talent (17 décembre 2010 / 20 février 2011)
  • Acquisition de tirages par la BnF
    En ligne
  • Sélection Vis-à-Vis International / Mai 2010
  • Sélection Le Journal de la Photographie par Tim Jefferies / 30.06.12
    Expositions à venir
    « Présence(s) photographie » – du 5 au 20 juin 2021 – projection de portefolio (Montélimar)

Véronique Peyle
« La Gambit de la visioconférence » – 2021

« Il y a tout juste dix ans, j’ai perdu la mémoire. C’est un évènement déterminant qui a changé ma vie du tout au tout. Certaines choses autour de moi étaient « neuves », ne m’évoquaient plus rien ou juste une émotion trouble. Alors, je me suis mise à observer ce monde étrange avec un œil différent. Un univers un peu hallucinant où des inconnus viennent vous parler de ce que vous ne savez plus et dont vous n’avez pas forcément envie de vous souvenir….  « Le Gambit de la visioconférence » pourrait être cette histoire, celle de quelqu’un qui ne se reconnaît pas dans le miroir ou dans le regard de l’autre. Mais c’est aussi l’histoire de cette période de télé-travail où il faut faire bonne figure et être professionnel dans un environnement peu adapté, c’est que traduit le plateau d’échec où chaque joueur avance ses pions en fonction de sa stratégie. J’associe le carrelage noir et blanc à Alice au pays des merveilles et à la peinture hollandaise, mélange un peu étrange que je compte continuer à explorer avec les natures mortes. L’époque actuelle m’incite à photographier ce qui m’est proche et à envisager davantage un livre que des expositions. »

Brice Bourdet
Transition#1

Le couloir est le premier lieu où l’on affronte « l’espace public » et où l’on confronte son apparence aux autres. C’est le passage où nous pouvons encore faire demi-tour, si nous avons oublié quelqu chose. en travaillant avec les vêtements ces gens, la série photographique « Transition » rentre déjà dans une sphère de l’intime. Mais  lorsque ces vêtements sont libérés dans les couloirs des immeubles où habitent leurs propriétaires, ce qui nous habille devient alors ce qui nous dévoile, ce qui nous déshabille. Telles des mues animales abandonnées dans des couloirs d’immeubles, les vêtements représentés dans cette série photographique, semblent parfois devenir autonomes. Parler des gens, sans les montrer. Parler de leur enveloppe de textile. Parler de ce qu’ils montrent pour se cacher. Dans un monde où l’apparence est parfois ce qu’il y a de plus important, que reste-t-il si on enlève l’humain ? Comment ces objets  qui nous ont si intimes parlent encore de nous ?

Instagram : @bricebourdet

Open eyes magazine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le mai 28, 2021 par .
%d blogueurs aiment cette page :